Glossaire

Je pense que pour réaliser de bons paris, il faut avant savoir de quoi on parle. Par conséquent, je répertorie l'ensemble des termes relatifs aux paris sportifs dans la rubrique ci-dessous. 

A.

Away no bet : Pari placé sur l'équipe à domicile ou sur le match nul et remboursé en cas de victoire de l'équipe à l'extérieur.

B.

Back : Terme lié au betting exchange qui désigne le fait de parier sur la réalisation d'un événement. Par exemple, effectuer un back sur Barcelone signifie que l'on parie sur la victoire de ces derniers. 

Banker : Terme désignant un pronostic spécial que l'on peut combiné à un pari système. Par exemple, pour un paris système 2/3 vous pouvez désigner un match qui fera office de banque. Dans ce cas le pari système sera gagnant si vous avez eu raison sur la banque et sur au moins deux autres pronostics.

Bankroll : Terme anglo-saxon désigne le capital du joueur réservé pour les paris sportifs.

Betting exchange : Activité liée aux paris sportifs qui voient les joueurs parier les uns contre les autres. Contrairement aux bookmakers classiques, les plateformes de betting exchange ne fixent pas de cotes, ce sont les joueurs qui les fixent. Ces plateformes se rémunèrent grâce à une commission et non grâce à un taux de redistribution inférieur à 100% comme le font les bookmakers classiques. Les plateformes de betting exchange les plus connues sont respectivement Betfair, Matchbook et Betdaq. 

Bonus : Avantage généralement monétaire reçu par un bookmaker dans le cadre d'une promotion ou d'une inscription. 

Bookmaker : Il s'agit d'une société proposant des paris sportifs. On en trouve partout dans le monde en fonction des législations de chaque pays. Par exemple Pinnacle ou Betclic sont des bookmakers.

 C.

Cash out : Option proposée par certains bookmakers qui permet de sécuriser ses gains ou de minimiser ses pertes au cours d'une rencontre.

Chance double : C'est un pari à deux issues gagnantes. Par exemple un pari chance double 1x est réussit si la rencontre se termine sur une victoire de l'équipe 1 ou un match nul.

Clean sheet : On dit qu'une équipe a fait un clean sheet lorsqu'elle n'a pas encaissé de but au cours de la rencontre.

Combiné : Paris composé de plusieurs paris simples. Pour remporter ce types de paris, il faut avoir gagné sur tous les paris simples. Prenons l''exemple d'un paris combiné de trois paris appelé respectivement p1, p2 et p3 avec des cotes respectives c1, c2 et c3. Le gains brutes sera égal à la mise * c1 *c2 *c3. 

Commission : La commission est le mode de rémunération des plateformes de betting exchange. Elle est généralement appliquée une fois que l''issue du pari est connue.

Cote : La cote d'un évènement est un indice proposé par un bookmaker vous permettant de connaitre précisément le gain potentiel d'un pari. Par exemple, une mise de 100 euros sur une cote à 2.4 vous rapportera 100 * 2.4 = 240 euros brut en cas de victoire.  

 

Cote européenne : cote présentée sous forme décimale, par exemple 2,4. Avec une mise de 100 euros, le gain brut potentiel s'élève à 100 * 2,4 = 240 euros. On calcul la probabilité p associée à cette cote de la manière suivante. P = 100 / cote, soit dans notre exemple P = 100 / 2.4 = 41.67 %.

 

Cote anglaise : Cote présentée sous forme de fraction, par exemple 3/2. Avec une mise de 100 euros, le gain brut potentiel s'élève à 100 *((3/2)+1) = 250 euros. On calcul la probabilité p associée a cette cote de la manière suivante. P = 100/ (cote + 1), soit dans notre exemple P = 100 / ((3/2)+1) =100 / 2.5 = 40%. On peut convertir une cote anglaise en une cote européenne en lui ajoutant 1.

 

Cote américaine : Cote présentée sous forme positif ou négatif. La cote des favoris est exprimée sous forme négative. Par exemple une cote de -180 indique qu'il vous faudra miser 180 euros pour gagner 100 euros. En revanche, la cote des outsiders est exprimée sous forme positive. Par exemple une cote de + 210 indique que si vous misez 100 euros votre gains net potentiel s'élève à 210 euros. On convertie une cote américaine négative en cote décimale de la manière suivante. Cote décimale = (100/cote américaine) + 1, soit dans notre exemple (100/180) +1 = 1.56. On convertie une cote américaine positive en cote décimale de la manière suivante. Cote décimale = (cote américaine/100) +1, soit dans notre exemple (210/100) +1 = 3.1. On peut par la suite aisément trouver les probabilité correspondante grâce aux cotes décimales.   

 

D.

Dead heat : Terme qui désigne le fait que deux participants arrive à la même place lors d'une épreuve.

Draw no bet : Pari placé sur la victoire d'une des deux équipes avec remboursement en cas de match nul.

E.

Espérance de gain : Concept mathématique qui représente ce que l'on peut gagner en moyenne sur le long terme. On la calcule en multipliant chaque gain par sa probabilité respective et en additionnant chacun des termes.

Ex-equo : Terme qui désigne le fait que deux participants arrive à la même place lors d'une épreuve.

F.

Factoriel : n factoriel soit n! = 1 * 2 * 3 *... * n-1 * n. Par exemple 3! = 1 * 2 * 3 = 6. 

Favori : Equipe ou joueur qui selon les bookmakers à le plus de chance de remporter le match. On les reconnait grâce aux cotes qui sont généralement assez faibles. 

Formule de kelly : Formule qui permet de déterminer le montant à miser pour chaque pari en fonction d'un indice de confiance. Il y a plusieurs versions de cette formule la principale se calculant de la manière suivante. Montant à miser = ( (probabilité estimée * cote décimale) -1 )/ (cote décimale - 1 ). Par exemple, une cote de 2 correspond à une probabilité de 100/2 = 50%. Si on juge, par le biais de notre analyse que la véritable probabilité s'élève à 55% alors selon la formule de kelly on devrait miser (0.55*2)-1/(2-1) = 0.1 soit 10% de la bankroll. Cette exemple aboutit à un résultat risqué qui engage une trop  grosse partie de la bankroll, cependant nous pouvons diminuer le risque en utilisant la fration de kelly qui consiste à ne parier qu'un petit pourcentage du montant suggéré par la formule de kelly.  

G.

Gains bruts : Un gain brut est un profit réalisé sans déduction des mises. Par exemple, si vous misez 100 euros sur une cote à 3.5 vous générerez 100 * 3.5 =350 euros de gain brut.

Gains nets : Un gain net est un profit réalisé après déduction des mises. Par exemple, si vous misez 100 euros sur une cote à 3.5 vous générerez 100 * 3.5 -100 = 250 euros de gain net. c'est cet indicateur qui rentre en compte dans le calcul du ROI et du ROC.

 H.

Half time/full time : Pari dépendant de la réussite conjointe de deux événements, le résultat à la mi temps et le résultat à la fin du match. Ce pari peut être placé sur un résultat, un score ou même un nombre de but.

    

Handicap asiatique : Pari consistant à ajouter ou à retirer des buts à l'un des deux équipes afin de rendre la cote plus intéressante ou de sécuriser le pari. Le pari est remboursé si la rencontre se termine sur un match nul après que l'handicap ait été affecté.   

Handicap européen : Pari consistant à ajouter ou à retirer des buts à l'un des deux équipes afin de rendre la cote plus intéressante ou de sécuriser le pari. Le pari est perdu si la rencontre se termine sur un match nul après que l'handicap ait été affecté, contrairement au paris handicap asiatique.

Home away : Pari sur la victoire d'une équipe avant ou après les prolongations. Contrairement aux pari 1x2 où l'on a besoin d'avoir raison à l'issue deu temps réglementaire, un pari home away sur la victoire d'une équipe est également réussi si l'équipe en question gagne après prolongation. 

   

Home no bet : Pari placé sur l'équipe à l'extérieur ou sur le match nul et remboursé en cas de victoire de l'équipe à domicile. 

L.

Lay : Terme lié au betting exchange contraire au back qui désigne le fait de parier sur la non réalisation d'un évènement. Par exemple effectuer un lay sur Barcelone signifie que l'on parie sur la non victoire de Barcelone.

Live : Pari placé pendant la rencontre.

M.

Martingale : Technique qui consiste a augmenter les mises après chaque pari perdant. La plus connue reste la martingale géométrique qui consiste à doubler sa mise après chaque perte. 

Mise : Montant engagé dans un pari. La mise, couplée à la cote, permet de déterminer le gain potentiel d'un pari. 

Money line : Pari qui consiste à parier sur la victoire d'une équipe lors d'une rencontre à deux issues c'est à dire hors match nul. On retrouve généralement ce type de paris sur les sports américains. 

Montante : Technique qui consiste à augmenter les mises après chaque gain. Il en existe de plusieurs types.

O.

Outsider : Equipe ou joueur qui selon les bookmakers à le moins de chance de remporter la rencontre. On les reconnait grâce aux cotes qui sont généralement assez élevées.

Over/under : Pari réalisé sur le nombre de but dans le match. Un pari over 2.5 est gagné lorsqu'il y a au minimum trois buts dans le match contrairement au pari under 2.5 qui est gagné lorsque deux buts ou moins sont inscrits pendant le match. Il est possible de sécuriser ce genre de paris en ayant recours par exemple à un over 2 ou un under 2. Dans ce cas on sera remboursé si exactement deux buts ont été marqués au cours de la rencontre.   

P.

Pari 1x2 : Pari à trois issues. Vous pouvez sois miser sur la victoire de l'équipe à domicile, soit sur la victoire de l'équipe à l'extérieur, soit sur le match nul.

Pari long terme : Pari dont l'issue n'est connue qu'au bout de plusieurs semaines voire plusieurs mois. Par exemple, parier sur la victoire du paris saint germain en ligue 1 en début de saison est un pari long terme. 

R.

Retour sur investissement ( ROI) : Indicateur très utile dans l'évaluation de la rentabilité d'un parieur, ROI = (( gains nets / somme total misée ) )* 100.

Retour sur capital ( ROC) : Indicateur des plus importants permettant de connaitre l'augmentation du capital pendant une période donnée. ROC =((capital à l'instant t / capital à l'instant t-1) * 100)-100. 

S.

Score exact : Pari sur le score d'une rencontre. Il peut être effectué sur la totalité du match, ou juste sur une mi temps pour le foot et un tiers temps pour le hockey.

 

Simple : Pari, peut importe le type, réalisé sur un seul match.

Spread betting : Le spread betting consiste à parier à partir d'une fourchette proposée par les bookmakers. Par exemple, si l'opérateur propose une fourchette de 9 à 12 corners pour une équipe lors d'une rencontre, on pourra parier sur le fait que le nombre effectif de corners soit inférieur à la valeur minimale de la fourchette soit 9 ou supérieur à la valeur maximale de la fourchette soit 12.  

 

Surebet : Technique consistant à parier sur deux événements  différents mal cotés de façon à générer un profit assuré.

Système : Pari un peu plus sécuritaire qu'un pari combiné qui tolère une certaine marge d'erreur. Par exemple, un système X/Y signifie que sur Y paris on remportera un gain si notre ticket comporte X réussites. Sur un pari système X/Y il y a une combinaison de y!/((y-x)!*x!)  paris (! voulant dire factoriel , se reporter si besoin plus haut dans le glossaire). Le gain brut est calculé en fonction de la mise et de la réussite de chaque combinaison comme pour les paris combinés  

Système canadien : Pari qui comporte cinq pronostics à partir desquels vingt-six paris sont formés: dix combinaisons doubles, dix combinaisons triples, cinq combinaisons quadruples et une combinaison quintuple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système goliath : Pari qui comporte huit pronostics à partir desquels 247 paris sont formés: 28 combinaisons doubles, 56 combinaisons triples, 70 combinaisons quadruples, 56 combinaisons quintuples, 28 combinaisons sextuples, 8 combinaisons septuples et 1 combinaison octuple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système heinz : Pari qui comporte six pronostics à partir desquels 57 paris sont formés: quinze combinaisons doubles, vingt combinaisons triples, quinze combinaisons quadruples, six combinaisons quintuples et une combinaison sextuple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système lucky 15 : Pari qui comporte quatre pronostics à partir desquels quinze paris sont formés: un pari simple par pronostic, six combinaisons doubles, quatre combinaisons triples et une combinaison quadruple. Vous devez avoir raison sur au moins un pronostic pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système lucky 31 : Pari qui comporte cinq pronostics à partir desquels 31 paris sont formés: un pari simple par pronostic, dix combinaisons double, dix combinaisons triple, cinq combinaisons quadruples et une combinaison quintuple. Vous devez avoir raison sur au moins un pronostic pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système lucky 63 : Pari qui comporte six pronostics à partir desquels 63 paris sont formés: un pari simple par pronostic, quinze combinaisons doubles, vingt combinaisons triples, quinze combinaisons quadruples, six combinaisons quintuples et une combinaison sextuple. Vous devez avoir raison sur au moins un pronostic pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système patent : Pari qui comporte 3 pronostics à partir desquels sept paris sont formés: un pari simple par pronostic, trois combinaisons doubles et une combinaison triple. Vous devez avoir raison sur au moins un pronostic pour que vous puissiez remporter un gain.  Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système super heinz : Pari qui comporte sept pronostics à partir desquels 120 paris sont formés: vingt-et-une combinaisons doubles, trente-cinq combinaisons triples, trente-cinq combinaisons quadruples, vingt-et-une combinaisons quintuples, sept combinaisons sextuples et une combinaison septuple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système trixie : Pari qui comporte trois pronostics à partir desquels quatre paris sont formés: trois combinaisons doubles et une combinaison triple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

Système yankee : Pari qui comporte quatre pronostics à partir desquels onze paris sont formés: six combinaisons doubles, quatre combinaisons triples et une combinaison quadruple. Vous devez avoir raison sur au moins deux pronostics pour que vous puissiez remporter un gain. Le montant exact de vos gains dépend du nombre de pronostics qui sont corrects.

T.

Taux de redistribution joueur : Le taux de redistribution joueur et le pourcentage des mises provenant des joueurs effectivement reversé à ces derniers. On peut le trouver en analysant les cotes de chaque bookmaker.   

Taux de réussite : Il indique le pourcentage de victoire parmi le nombre total de paris réalisés. Taux de réussite = nombre de paris victorieux/ nombre de paris total.

Turnover : Somme des mises engagées au cours d'une période donnée. Si vous placez 20 paris à 100 €, votre turnover s'élèvera à        20 * 100 = 2 000€.

U.

Underdog : Equipe ou joueur qui selon les bookmakers à le moins de chance de remporter la rencontre. On les reconnait grâce aux cotes qui sont généralement assez élevées.

V.

Valuebet : Estimation subjective que la cote d'un pari est plus élevée que ce qu'elle devrait être. Par exemple la cote pour la victoire de Barcelone face à la juventus est de 1.9, j'estime qu'elle vaut 1.7 donc je prend le pari car rentable sur le long terme.  

Variance : Concept mathématique reflétant la variabilité des résultats, plus communément appelée la chance. On la calcule de la manière suivante. V = E(x^2) - E(x)^2 où E(x) représente l'espérance de gain.

W.

Win to nil : On parle de win to nil quand une équipe gagne le match sans encaissé de but.